Un mois après la déflagration provoquée par l’inflammation d’énormes quantités de nitrate d’ammonium stockées dans un entrepôt du port de Beyrouth, le bilan ne cesse de s’alourdir. Selon les derniers chiffres publiés par les autorités libanaises, la catastrophe aurait provoqué la mort de 188 personnes, généré plus de 6.500 blessés, laissé des quartiers entiers de la capitale dévastés et plusieurs dizaines de milliers de personnes sans abri. Face à cette situation d’urgence, les associations et fondations se mobilisent et lancent des appels à dons. Secours Populaire, Action Contre la Faim, l’UNICEF…, un point sur quelques organisations labellisées par Le Don en Confiance ayant lancé des collectes de fonds.

5 des membres de L’ ALLIANCE URGENCES


Les six ONG membres de l’Alliance Urgences dont 5 labellisées Le Don en Confiance (Actions Contre la Faim, CARE France, Médecins du Monde, Plan International, Solidarités International) appellent aux dons pour aider à l’approvisionnement en eau et en électricité, à la distribution de kits de première nécessité, à de l’aide alimentaire et à des soins.

Faire un don à :

LE SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS


Le Secours Populaire français a débloqué un premier fonds d’urgence de 100.000 euros et lance un appel aux dons pour pouvoir poursuivre sa longue histoire de solidarité fraternelle qui le lie à la population libanaise depuis 45 ans maintenant. Par ailleurs l’association lance également un appel à bénévoles pour venir renforcer les équipes sur place.

Faire un don au :

L’OEUVRE D’ORIENT


L’association chrétienne l’Oeuvre d’Orient lance une collecte pour remettre sur pied les hôpitaux et les dispensaires chrétiens.

Faire un don à :

ASMAE – Association Sœur Emmanuelle


Les équipes d’ASMAE sur le terrain travaillent avec les associations locales pour évaluer les besoins. Elles ont rencontré les habitants de Beyrouth pour comprendre la situation avant d’agir et ont besoin d’aide pour continuer leurs missions.

Faire un don à :

L’UNICEF


L’Unicef a débloqué 200 000 euros de fonds d’urgence et lance un appel à la générosité pour renforcer le soutien aux enfants et leurs familles. Sur le terrain, les équipes ont entrepris les actions suivantes :

  • la distribution d’eau potable aux personnes vivant dans la zone directement touchée,
  • la réalisation d’évaluations sur les entrepôts, les écoles, les chambres froides, les systèmes de distribution d’eau et les installations sanitaires,
  • l’utilisation de 90% des stocks de vaccins qui ont pu être sauvés de l’entrepôt endommagé dans le port,
  • un encadrement psychosocial pour aider les enfants à faire face au deuil et aux traumatismes,
  • un appui aux réunifications familiales pour les enfants qui ont été séparés de leur famille,
  • une collaboration suivie avec de jeunes volontaires pour participer au nettoyage dans différentes zones,
  • la mise en place d’un programme de transfert d’argent liquide pour l’aide au logement temporaire des familles déplacées suite à la perte de leur maison.

Faire un don à :

ACTED


Acted lance un appel de 10 millions d’euros pour soutenir 30 000 personnes touchées par la catastrophe. Les équipes d’Acted ont procédé à une évaluation rapide des besoins les plus urgents concernant les abris, les biens de première nécessité, l’accès aux services de base, la santé et la protection.

Faire un don à :

LA CROIX ROUGE FRANÇAISE


La Croix Rouge Française lance un appel à dons pour venir en aide aux victimes, notamment par la distribution de colis alimentaires et d’hygiène, le financement d’activité de « clinique mobile », d’abris pour les personnes sans logement, d’équipements de protection individuelle contre le Covid-19 et la réparation d’ambulances hors d’état en raison de l’explosion.

Faire un don à :

ÉLECTRICIENS SANS FRONTIÈRES


Électriciens sans Frontières déploie sur place compétences et moyens :

  • 500 lampes solaires expédiées dans l’urgence ont été ou vont être distribuées pour permettre aux familles déplacées de disposer d’un éclairage autonome,
  • 4 tonnes de matériels électriques seront acheminées afin d’aider à sécuriser les installations électriques des habitations en cours de réhabilitation,
  • l’association travaille également sur l’alimentation photovoltaïque de 6 centres de formation à l’électricité avec une capacité d’agir dépendante encore des moyens financiers dont elle disposera.

Faire un don

SOLIDARITÉ LAÏQUE


Solidarité Laïque et ses organisations membres ont lancé un appel à dons pour soutenir les organisations de la société civile laïques qui sont déjà à pied d’oeuvre pour aider les victimes, quelles que soient leurs croyances et leurs confessions. Les dons serviront à aider les victimes et leurs familles qui se retrouvent sans logement et dans le dénuement le plus complet. Ils permettront aussi de distribuer des colis alimentaires et des kits d’hygiène.

Faire un don à

L’ORDRE DE MALTE


Malteser International, la structure d’aide humanitaire de l’Ordre Souverain de Malte, a immédiatement créé un fonds pour soutenir les interventions de l’Ordre de Malte au Liban. Déploiement d’unités médicales mobiles dans les zones les plus affectées pour fournir gratuitement des soins et des médicaments alors que les infrastructures de santé ont été lourdement endommagées ; nettoyage des décombres dans les quartiers transformés en champs de ruines ; distributions de colis alimentaires aux familles les plus fragilisées ; hébergement de ceux qui n’ont plus de toit dans le Centre de Chabrouh… de nombreuses actions ont déjà été mises en œuvre pour apporter une aide d’urgence aux victimes.

Faire un don à :

OXFAM


L’Oxfam France lance un appel aux dons afin de fournir une assistance aux personnes affectées par l’explosion de Beyrouth. Oxfam travaille au Liban depuis 1993 en fournissant une assistance humanitaire aux personnes vulnérables touchées par les conflits et en promouvant le développement économique, la bonne gouvernance aux niveaux local et national et les droits des femmes grâce au travail de partenaires sur place. Oxfam contribue également à la protection et à l’autonomisation des femmes et des hommes marginalisés.

Faire un don à :

LE SECOURS CATHOLIQUE-CARITAS


Le Secours Catholique-Caritas France se mobilise en débloquant un premier montant de 40 000 euros pour abonder le fonds d’urgence mis en place par Caritas Internationalis. L’association en appelle à la solidarité pour soutenir les populations sinistrées.

Faire un don

LE SECOURS ISLAMIQUE FRANCE


Le Secours Islamique France propose un kit d’urgence (matelas + couverture). Sur place depuis 2012, l’association est à pied d’oeuvre et se mobilise pour apporter une aide d’urgence à la population.

Faire un don au :

Bonne nouvelle. Après une année creuse en 2018, les montants des dons aux associations ont augmenté de 3,5% l’année dernière. C’est ce que souligne le « baromètre de la générosité des Français en 2019 » que vient de publier France générosités, syndicat professionnel des associations et fondations faisant appel public à la générosité.

Réalisé auprès d’un panel de 46 associations et fondations aussi diverses que le Secours Populaire, Action contre la Faim ou encore l’Institut Pasteur, cette reprise ne semble pourtant pas suffisante pour rattraper la baisse inédite accusée l’année précédente. Une baisse liée en partie à la suppression de l’ISF, la hausse de la CSG et la mise en place du prélèvement à la source. Le montant global des dons en 2019 est donc revenu au niveau de 2016 et la difficulté à recruter de nouveaux donateurs reste un problème majeur.

2020 : Quels impacts économiques du Covid-19 sur le tissu associatif ?

Le Mouvement Associatif a publié lors du confinement deux analyses d’une étude sur l’impact du Covid-19 sur les associations en France. La première se base sur les réponses de 10.000 responsables associatifs, la seconde sur celles de 16.000. Il en ressort que :

55 % des associations prévoient des conséquences économiques de cette crise dans les 6 mois. Les principales conséquences évoluent petit à petit avec l’avancée de la crise :

  1. Une perte de revenus d’activité significative : 27 %
  2. Une difficulté de trésorerie : 24 %
  3. Une baisse des aides financières publiques : 22 %
  4. Une perte de subventions : 21 %
  5. Une baisse des aides financières privées : 15 %

Pour les associations employeuses, l’impact est beaucoup plus fort sur l’ensemble de ces pertes économiques avec jusqu’à 46 % d’entre elles qui estiment une perte de revenus d’activité significative.

28 % des associations employeuses ont moins de 3 mois de trésorerie devant elles, alors que ce chiffre est de 14 % pour l’ensemble des associations.

Trois propositions au gouvernement pour soutenir et développer la générosité

Pour soutenir les associations et les fondations, notamment dans un contexte de besoins exceptionnels liés à la crise du Covid-19, France générosités adresse au gouvernement trois propositions de mesures concrètes pour développer la générosité en France :

  • Pour les donateurs assujettis à l’impôt sur le revenu : une augmentation jusqu’au 31 décembre 2020 du taux de réduction d’impôt prévu à l’article 200, 1 du CGI de 66 à 75 % du montant des versements dans la limite d’un montant unitaire de 1000 euros sur le modèle de la collecte d’urgence Notre-Dame.
  • Pour les donateurs non-assujettis : la création d’un crédit d’impôt exceptionnel sur la contribution sociale généralisée égale à 75% des montants des dons.
  • Dons de RTT : les dons de RTT affectés au compte-épargne temps et le don de RTT au profit de salarié menant des activités de bénévolat.

En savoir plus sur les impacts du Covid-19 sur les associations

France générosités met à disposition toutes les ressources, les actualités et les informations ici
(page remise à jour quotidiennement)

La pandémie mondiale de coronavirus a mis en évidence l’importance vitale de l’accès à l’eau et à l’hygiène. Dix ans après la reconnaissance du droit humain à l’eau potable et à l’assainissement par les Nations Unies, la situation est critique: 2,2 milliards de personnes sont encore sans accès à des services d’alimentation domestique en eau potable rendant nécessaire la mobilisation des ONG dédiées au secteur.

A cet égard, la Coalition Eau vient de publier la synthèse de son étude intitulée « La contribution des ONG françaises à la coopération internationale pour l’eau et l’assainissement » menée en 2019. Soucieux de promouvoir un accès universel et durable à l’eau potable et à l’assainissement tout en préservant les ressources en eau dans les pays les plus vulnérables, le collectif a vu le jour en 2007. Composé à l’origine de 17 ONG, il en regroupe aujourd’hui 30 dont l’objectif consiste à faire entendre la voix de la société civile là où naissent les décisions politiques et financières ; là où se négocient aussi les stratégies de développement tant au niveau national qu’international.

L’enquête s’est adressée à l’ensemble des ONG de coopération internationale ayant des actions dans le domaine de l’eau, l’assainissement et l’hygiène. 44 ONG (dont Électriciens sans frontières, Action contre la Faim, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, Care France, la Croix-Rouge française, le Secours Catholique Caritas France, le Secours Islamique France ou encore Solidarités International, labellisées le Don en Confiance ) ont répondu aux questionnaires. Des entretiens individuels ont également été menés avec 17 de ces ONG. Les réponses ont permis de dresser un état des lieux des actions et contributions des acteurs associatifs du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (EAH).

Les ONG, une plus-value importante pour la coopération internationale EAH

  • Une diversité de structures aux approches, expertises diverses (entrepreneuriat social, soutien aux acteurs publics, mobilisation de la société civile…) et tailles diverses, permettant une forte adaptation aux contextes spécifiques et une certaine complémentarité.
  • Une réponse d’urgence aux crises humanitaires.
  • Un ciblage des pays et zones les plus vulnérables, complémentaire à l’action de la coopération bilatérale française, avec une connaissance de terrain précise et des données indispensables dans des zones souvent délaissées par les services publics et les acteurs privés en recherche d’une certaine rentabilité.
  • Une préoccupation de résultats basés sur la réponse aux besoins des populations.
  • Une capacité d’innovation et d’expérimentation de solutions adaptées aux différents contextes sociaux, économiques, géographiques, anthropologiques…
  • Le sentiment de faire preuve de réactivité et d’efficience dans la réalisation des projets et des pratiques d’évaluation et de contrôle internes et externes souvent très poussées.
  • Des équipes locales et internationales expérimentées présentes depuis de nombreuses années dans un grand nombre de zones.
  • Une approche partenariale souvent mobilisée pour la réussite des projets avec des acteurs privés (bailleurs et opérateurs), publics (collectivités, partenaires locaux…) et d’autres ONG.
  • Une source d’emploi non négligeable en France et à l’international.
  • Un acteur essentiel de la mobilisation politique, du renforcement des sociétés civiles, et de la mobilisation associative bénévole dans des initiatives solidaires.