Articles

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, on assiste dans le monde entier à une explosion de la pauvreté que les associations caritatives constatent au quotidien. La situation à l’issue du confinement est dramatique. Une crise économique et sociale majeure se profile laissant exsangue des populations entières jusque-là peu touchées et aggravant considérablement celles déjà fragilisées. En France, le SPF a aidé 1.270.000 personnes sur le plan alimentaire pendant les 2 mois de confinement. 45% d’entre elles n’étaient pas connues de l’association qui a vu affluer de nouveaux publics mais aussi revenir des personnes dont la situation pourtant stabilisée, s’est dégradée durant cette période.

Certains travailleurs pauvres, familles monoparentales, personnes âgées ou étudiants ont basculé dans la précarité. D’autres populations, a priori moins touchées, ont vu leur vie chamboulée. Les situations sont diverses : commerçants en difficulté, intermittents du spectacle et intérimaires sans mission, auto entrepreneurs ou salariés victimes du chômage partiel ou d’une perte d’emploi dans des secteurs tels la restauration, l’aide à domicile…

La crise du coronavirus semble aussi avoir renforcé la fracture numérique et aggravé les inégalités scolaires. Les conditions de vie des enfants démunis ont nui fortement à leur apprentissage et favorisé le décrochage scolaire pour près de 500.000 d’entre eux selon l’Education Nationale.

Si les publics en difficulté se rapprochent du Secours Populaire pour solliciter en priorité une aide alimentaire délivrée de façon inconditionnelle, cette dernière constitue toutefois la porte d’entrée vers un parcours d’accompagnement global impliquant la santé, le logement, la recherche d’emploi, l’éducation, les loisirs…

En outre et au-delà des aides octroyées les permanences d’accueil, de solidarité et relais-santé du SPF offrent une écoute aux plus démunis. Bénévoles et bénéficiaires y tissent des liens de confiance. L’association a fait de la solidarité son leitmotiv, refusant l’assistanat et attachant une grande importance à la dignité humaine. Les personnes accueillies sont d’ailleurs invitées à devenir elles-mêmes bénévoles à la hauteur de leur souhait et de leur disponibilité.

Depuis septembre, le Secours populaire a lancé sa campagne « Pauvreté-Précarité 2020 » et multiplie les initiatives de solidarité pour venir en aide aux personnes les plus précaires. Pour pouvoir accompagner sur tous les champs de ses actions (aide alimentaire, accès aux droits et aide juridique, accès et maintien dans le logement, accès aux soins, lutte contre la pauvreté des enfants, accès à la culture aux loisirs et au sport) la structure a aujourd’hui plus que jamais besoin de vous et de vos dons.

En savoir plus 


Ariane Ascaride,

Actrice et marraine de la campagne « Pauvreté – Précarité 2020 »


Le coronavirus a plongé le monde entier dans une crise économique profonde sans précédent. Une fois de plus les plus fragiles, les plus démunis ont été impactés de plein fouet. Il va être cette année, terriblement difficile de faire face aux dépenses de la rentrée pour un grand nombre de familles, de femmes, d’hommes, d’enfants qui ont basculé d’une manière excessivement rapide et violente dans la pauvreté. Toute une nouvelle population est aujourd’hui soutenue par le Secours populaire. Plus que jamais cette année, nous avons besoin de votre soutien pour ce gigantesque effort qui attend le Secours populaire. La misère est une effroyable maladie, dont vous pouvez aider tous les enfants, tous vos semblables à guérir. L’urgence est là, il n’y a pas de temps à perdre, je crois en l’âme humaine et aux miracles qu’elle peut accomplir, voilà pourquoi je lance cet appel avec confiance. Merci à vous, infiniment.

Association à but non lucratif, le Secours Populaire intervient sur le plan matériel, médical, moral et juridique auprès des personnes victimes de l’injustice sociale, des calamités naturelles, de la misère, de la faim, du sous-développement et des conflits armés depuis 1945 avec pour mot d’ordre : « Tout ce qui est humain est nôtre » . Rencontre avec Thierry Robert, directeur général.

Lire la suite