Articles

Jean-François Lemoux

Diplômé d’HEC et ancien haut dirigeant d’une grande compagnie d’assurance, Jean-François Lemoux a effectué toute sa carrière professionnelle dans l’Assurance. Pour nous, il revient sur les raisons de son engagement associatif et évoque sa jeune expérience en pleine pandémie au sein du Don en Confiance dont il a rejoint les équipes de bénévoles-contrôleurs en 2020.

Diplômé d’HEC, j’ai effectué toute ma carrière professionnelle dans l’Assurance, et l’ai achevée en 2011 comme Directeur International d’une grande société d’assurance mutuelle. Après mon départ en retraite, j’ai maintenu un contact étroit avec ce secteur, d’abord en pilotant un Executive-Mba pour l’Université Paris-Dauphine, puis en siégeant pendant 5 ans au Collège de l’Autorité de Supervision de la Banque et l’Assurance (ACPR).

Au terme de ce mandat, j’ai souhaité prendre du champ par rapport à ces activités, et me suis tourné vers l’univers du bénévolat. C’est HEC Bénévolat qui a été à l’origine du contact avec le Don en Confiance. Nous étions à quelques jours du premier confinement, si bien que mon recrutement, ma formation, et toutes les étapes ultérieures, se sont faites à distance. Ayant rejoint le Don en mars 2020, je n’ai assisté à ma première réunion physique qu’en septembre 2021… !

Une telle situation, inimaginable il y a encore 2 ans, ne m’a pourtant pas empêché de conduire ma première mission de Contrôle et de rédiger le rapport d’Agrément triennal d’une fondation qui se concentre sur la recherche pour le cancer puis de prendre la responsabilité d’un Cercle de contrôleurs. Ceci a été rendu possible par la qualité des process du Don en Confiance, et la disponibilité de la petite équipe des permanents.

J’ai eu aussi la chance d’intervenir auprès d’une organisation structurée, rigoureuse, bien rodée aux exigences du Don en Confiance.
Après cette première période, passionnante mais un peu bizarre, en « distanciel », j’ai pu enfin tisser des liens aussi riches que diversifiés avec les Contrôleurs du Cercle, les Permanents, les Commissaires et tant d’autres bénévoles. Ai-je besoin de dire que le moment le plus gratifiant de ce bref parcours fut certainement ma première réunion de Cercle au siège du Don en Confiance en septembre dernier, et le déjeuner qui suivit avec mes collègues…

Mais il faut aussi parler des organisations que nous contrôlons, et qui sont pour beaucoup dans l’intérêt de nos missions. D’abord, il faut comprendre que l’on s’inscrit dans un processus de contrôle permanent qui nécessite d’établir une relation approfondie, qui se doit d’être rigoureuse, tout en restant bienveillante, avec l’équipe dirigeante de l’Association ou de la Fondation. Je découvre toute la diversité de cet univers, de la recherche médicale au plaidoyer, en passant par la protection de l’enfance, des animaux, le soutien aux défavorisés … certaines des organisations sont nationales, d’autres internationales, centralisées ou fédératives, totalement financées par la générosité publique ou largement dépendantes de subventions ou d’activités commerciales…

Tout cela constitue une formidable ouverture sur un monde très différent de celui que j’ai pu connaître dans mon parcours professionnel.
J’ai le sentiment à la fois de capitaliser sur tout ce que j’ai appris dans le monde de l’entreprise, en termes de gouvernance, de process, de communication, de relations humaines… et, en même temps, de découvrir un monde, des enjeux, des ambitions, des parcours, fort différents. Qu’aurais-je pu rêver de mieux pour une retraite active ?

Catherine Amiel, bénévole au Don en Confiance

Contrôleuse bénévole depuis 2 ans et membre active de la cellule juridique du Don en Confiance, Catherine Amiel est en charge d’une organisation qui œuvre pour la solidarité internationale. Pour nous, elle revient sur les raisons de son engagement associatif et son expérience au sein du Don en Confiance.

Depuis toujours l’engagement associatif a une place importante dans ma vie. Il s’est notamment manifesté au travers du soutien aux enfants en situation de handicap. D’ailleurs, j’ai moi-même participé à la création d’une association apportant une aide concrète et pragmatique aux enfants dyspraxiques, un handicap peu connu.

C’est en lisant un dossier spécial sur l’économie sociale et solidaire que j’ai appris l’existence du Don en Confiance. Cette découverte coïncidait avec mon départ en retraite. Je cherchais alors une activité bénévole qui s’appuierait à la fois sur mon expérience de fonctionnaire d’Etat et sur mes années de mission associative.

En tant que contrôleure, je cherche à adopter le point de vue du donateur. La fraude, l’abus de faiblesse et le défaut de probité sont des traits de notre société. Les scandales brisent sporadiquement la confiance du public en des organismes que l’on croyait au-dessus de tout soupçon. Il importe que des organisations de contrôle tel que le Don en Confiance existent.
La mission de contrôleure nécessite de disposer d’une familiarisation minimale avec les modes de gouvernance, de gestion et de fonctionnement de ces organismes économiques. Car au-delà de leurs missions caritatives, les associations et fondations fonctionnent comme des entreprises.

Le soutien apporté par l’équipe des permanents du Don en Confiance, par sa disponibilité, son écoute et sa compétence, permet de combler rapidement les manques de connaissance auxquels est confronté nécessairement tout nouveau contrôleur-bénévole. Cela s’effectue toujours dans un esprit de bienveillance.

L’engagement bénévole est un des moyens les plus percutants pour continuer à se sentir utile lorsque la vie active a cessé! J’ai eu la chance de me voir confier une organisation de solidarité internationale qui me permet de découvrir le fonctionnement d’un secteur que je connaissais peu. Je souhaite lui apporter le meilleur de mon expérience professionnelle du contrôle. Cette mission me permet également de continuer à apprendre, faire fonctionner mes neurones et échanger avec des experts sur de nombreux sujets tels que les atouts et les limites de la philanthropie.

Le milieu associatif est le miroir de notre société et de notre économie. Être acteur en son sein, c’est jouer pleinement son rôle de citoyen. Ceci représente une des raisons de mon besoin d’association.

Eric Elghozi, bénévole au Don en Confiance

Membre de la Commission d’agrément depuis plus de 5 ans et contrôleur bénévole depuis 10 ans pour le Don en Confiance, Eric Elghozi a assuré ses dernières années de carrière en tant que Directeur général délégué au sein de Business France, un organisme au service du développement international des entreprises. Aujourd’hui en charge de 2 ONG à caractère international labellisées par le Don en Confiance, il nous fait part de son expérience au sein de l’association.

10 ans déjà !

10 ans que, ayant quitté l’EPIC où j’œuvrais, j’ai un beau jour choisi de rejoindre une organisation que je ne connaissais pas ! Elle répondait à plusieurs des critères de la nouvelle vie que je voulais mener : être utile, apprendre, faire fonctionner mes neurones, me régaler de rencontres, de réflexions. Et aussi rendre à cette société qui souffre, un peu de la chance qu’elle a toujours su me prodiguer.

Certes pendant des décennies, j’avais parcouru le monde pour promouvoir les savoir-faire des entreprises françaises. J’avais dirigé une belle maison, créé des expositions, analysé des situations, défendu des causes, reçu des personnalités de tous pays… Je savais bien des choses ! Mais je ne connaissais que peu de choses sur ce qui allait devenir une partie clef de ma deuxième vie professionnelle.

Alors après une suggestion de mes amis d’HEC bénévolat, un moment de réflexion, LA décision, les formations et hop, me voilà catapulté en tant que « Contrôleur » dans une magnifique organisation qui œuvre pour la solidarité internationale, et ensuite une organisation très différente, de plaidoyer. Plus tard, la Commission d’Agrément et de Contrôle, l’un des organes centraux du Don en Confiance m’a accueilli…

En 10 ans, certes j’ai pu me sentir parfois dépassé par la charge de travail, par ma méconnaissance de certains éléments, par le désir de dire, de conseiller…

Mais quelles véritables satisfactions quand guidant ces dizaines d’organisations, j’ai la certitude que notre accompagnement leur permet de progresser. Au détour d’une analyse, je vois la confiance des donateurs augmenter. Ou lorsque, dans mes cercles de relations ou d’amis, la question « à qui devrais-je donner? » trouve une réponse argumentée. En prenant un peu de recul, je comprends ce qu’est cet univers associatif, toujours en mouvement, sans cesse en recherche, n’ayant que comme seul objectif un monde meilleur, plus serein, plus juste…

 Et cet apport, infiniment modeste, que je peux faire à ces milliers de bénévoles, de chercheurs, de militants, de collaborateurs dans le monde entier, répond parfaitement à cet espoir un peu illusoire au seuil de ma nouvelle vie : utilité sociale et morale, apprentissage, partage, …

Je n’oublie pas aussi tous mes compères du Don en confiance : écouter et être écouté, partager cette énergie, analyser ensemble, respecter l’autre, et ne pas oublier cette bienveillance qui parfois confine à l’amitié, être un groupe, être une équipe mais aussi savoir observer seul, apporter sa touche, sa connaissance, sa compréhension et entendre une autre analyse, une autre compréhension…

10 ans déjà, et l’essentiel est là : j’ai depuis bien compris que si la générosité publique est l’un des moteurs du fonctionnement de ces organisations, l’éthique, la transparence, la probité associées à leur capacité d’évolution seules engendrent la confiance, et alors peut-être, ce monde progresse-t-il, un peu grâce à nous.

Bravo, les Associations et Fondations, bravo, le Don en Confiance.