Articles

Les filles dans le monde et en particulier dans les pays en développement continuent d’être victimes d’inégalités, d’exclusion, de discriminations et d’abus. Déscolarisation, excisions, exploitation sexuelle à des fins commerciales, esclavage domestique, mariages forcés et grossesses précoces… ces inégalités de droits les empêchent de sortir de la pauvreté et de devenir des femmes libres. A l’occasion de la Journée Internationale des Filles qui aura lieu le 11 octobre 2021, l’ONG Plan International France et Vision du Monde reviennent sur la recrudescence de l’exploitation des filles et réaffirment l’importance de l’éducation comme levier d’émancipation ainsi que de protection de leurs droits fondamentaux.

En quelques chiffres…


Plan International agit sur le terrain à travers des programmes d’intervention


Pour la première fois en 20 ans, les progrès en matière de lutte contre le travail forcé des enfants sont stoppés nets. Aujourd’hui dans le monde, 160 millions d’enfants âgés entre 5 et 17 ans sont contraints de travailler. Et 8,4 millions de filles et de garçons supplémentaires ont été astreints au travail forcé ou obligatoire entre 2016 et 2020.

Les filles sont tout particulièrement affectées par ce fléau qui met en danger leur santé, leur éducation, leur enfance et leur avenir. Si officiellement 63 millions de filles sont astreintes au travail forcé, elles sont aussi victimes des formes les plus violentes, les plus dangereuses et les plus invisibles d’exploitation difficiles à mesurer, telles que : la traite, l’exploitation sexuelle à des fins commerciales, l’esclavage domestique, les tâches dans les mines ou l’enrôlement dans des groupes armés.

La pandémie de Covid-19 et la hausse du niveau de pauvreté ont des conséquences dévastatrices sur le travail des filles. Et, malgré la réouverture récente des écoles dans la plupart des pays, plus de 11 millions de filles pourraient ne jamais reprendre le chemin de l’école.

Plan International France agit sur le terrain à travers des programmes d’intervention :


L’appel de l’ONG à la communauté internationale :

Afin de ne pas mettre en péril 20 ans de progrès en matière de protection des filles, Plan International demande aux gouvernements :

  • D’éradiquer sans plus attendre les pires formes du travail des enfants et de protéger les filles contre toutes les formes d’exploitation.
  • De garantir aux filles un cycle minimum de 12 ans d’éducation gratuite, sûre et de qualité.
  • De consacrer 20% du revenu national aux investissements en matière d’éducation.

En savoir plus :
Lire le Dossier de Presse complet de Plan International « L’exploitation des filles, toujours plus violente & plus invisible »


Vision du Monde œuvre pour un monde où les filles peuvent grandir à l’abri du danger


Au sein de ses 18 programmes de développement répartis dans 11 pays, Vision du Monde place la défense des droits de l’enfant au cœur de ses actions. L’association se mobilise pour que chaque fille puisse avoir accès à l’éducation et grandir dans un environnement sûr où elle peut devenir actrice du changement. Via des Clubs d’enfants, les filles elles-mêmes s’emparent de la lutte contre les mariages précoces et sensibilisent leur entourage. Au Bangladesh, ce sont plus de 2 000 mariages d’enfants qui ont été récemment annulés !  

Cette année à l’occasion de la Journée internationale des filles, Vision du Monde invite les Françaises et les Français à parrainer 100 filles  pour leur permettre de grandir dignement loin de toutes formes de violences.  

Plan International et Vision du Monde sont des associations labellisées par le Don en Confiance