Articles

La  Journée internationale de l’alphabétisation, qui aura lieu le 8 septembre prochain, rappelle au public chaque année l’importance de l’alphabétisation en tant que facteur de dignité et de droits humains. Malgré les progrès réalisés en la matière, les défis persistent aggravés par une situation pandémique dont l’impact négatif sur le système éducatif n’est plus à démontrer. Initiée par l’UNESCO, la journée de l’alphabétisation sera l’occasion pour Vision du Monde (association de solidarité internationale venant en aide aux enfants les plus vulnérables partout dans le monde) de rappeler qu’il est nécessaire de redoubler d’efforts pour soutenir l’éducation des enfants les plus pauvres, premières victimes des fermetures scolaires liées à la COVID-19.

La crise engendrée par la COVID-19 a provoqué une perturbation sans précédent de l’apprentissage des enfants, des jeunes et des adultes. Elle a également creusé les inégalités préexistantes dans l’accès à des possibilités d’alphabétisation significatives, touchant ainsi de manière disproportionnée les 773 millions de jeunes et d’adultes non alphabétisés. L’alphabétisation des jeunes et des adultes a été absente de nombreux plans d’intervention nationaux initiaux, alors même que les programmes d’alphabétisation étaient contraints de suspendre leur fonctionnement habituel.

L’éducation en péril pour toute une génération d’apprenants

Après 18 mois de pandémie, 19 pays n’ont toujours pas réouvert leurs écoles au détriment de 156 millions d’élèves. Les plus touchés sont les enfants des milieux à faible ressource n’ayant pas accès aux outils d’apprentissage à distance. Avant même la pandémie, seulement 34% d’entre eux achevaient leurs parcours scolaires. Une tendance qui risque de s’accentuer compte tenu des retards cumulés.

Des inégalités qui se perpétuent

Pour les enfants les plus vulnérables vivant au cœur des contextes fragiles, aller à l’école n’est pas seulement synonyme d’apprentissage, cela leur permet aussi d’accéder à un repas quotidien gratuit, d’être protégé et de retrouver une forme d’insouciance. Face à la faim, à la perte de revenu et à l’extrême précarité, les freins liés à la déscolarisation sont d’autant plus grands. Ce sont 24 millions d’enfants et de jeunes qui risquent de ne pas reprendre leurs études s’engageant dans le cercle vicieux de la pauvreté.

Vision du Monde appelle à renforcer les capacités d’apprentissage

Dans les pays en développement, de nombreux enfants scolarisés peinent à acquérir les compétences de base nécessaires à la lecture et à l’écriture par manque de matériels, de personnels formés ou bien d’infrastructures. Vision du Monde accompagne l’apprentissage de tous les enfants en impliquant les parents et les communautés – via son approche Unlock Literacy – pour créer un environnement propice à l’apprentissage de la lecture dès le plus jeune âge que ce soit à l’école, au sein d’un village ou à la maison. Face à la pandémie et via son aide humanitaire d’urgence, Vision du Monde s’engage pour soutenir la continuité pédagogique des enfants les plus vulnérables.

Vision du Monde est une association labellisée par le Don en Confiance

Les conséquences de la Covid-19 touchent particulièrement les jeunes de 18 à 25 ans, qui sont près de 20 % à vivre en dessous du seuil de pauvreté. Pour faire face à ces difficultés multiformes qui se sont intensifiées depuis la crise sanitaire, la Croix-Rouge française s’engage aux côtés des jeunes en situation de précarité.

Favoriser l’accompagnement global des jeunes : une priorité pour la Croix-Rouge



Des biens de première nécessité…

Pour soutenir les jeunes en situation de précarité (étudiants, au chômage, apprentis), plus d’une trentaine d’initiatives Croix-Rouge ont vu le jour sur l’ensemble du territoire national. Sous la forme de distribution de paniers alimentaires et/ou encore de produits d’hygiène, les bénévoles viennent en aide à la détresse matérielle de la jeunesse.

● A Paris, l’épicerie sociale “L’étape” du XV arrondissement offre une aide alimentaire aux jeunes pendant des horaires réservées à ce public et propose un accompagnement pour la recherche de stage et de jobs étudiants.

● A Tours, le projet « P’tit kdi » qui s’adresse aux étudiants précaires de l’Indre-et-Loire est un service itinérant d’épicerie solidaire. Une camionnette dessert les principaux sites de l’Université François Rabelais et fournit des produits alimentaires et d’hygiène à 10% du prix du marché.

● En Mayenne, un “Marché solidaire à Laval” a vu le jour depuis plus de deux mois. Ce centre de distribution alimentaire implanté en face de l’IUT distribue des biens alimentaires pour les étudiants, en partenariat avec la Banque Alimentaire.

« Pour les étudiants qui n’ont pas de bourses, la famille derrière ou qui n’ont pas trouvé de travail, c’est une chance incroyable de pouvoir manger » rappelle Aésa, étudiante qui se rend régulièrement au marché solidaire étudiant de Laval (Mayenne).

… à la lutte contre l’isolement social

Consciente que le manque de liens sociaux participe à une détérioration de la santé mentale des jeunes, la Croix-Rouge a déployé un panel d’actions pour rompre l’isolement des jeunes et recréer du lien.

Aux côtés du Crous et du CHU, les bénévoles de la Croix-Rouge de Montpellier ont mis en place l’aide «DIRECT » (Dispositif d’Intervention Rapide Étudiants Crous en situation de Tension psychique) afin d’aider les étudiants en situation de mal-être, ce 24h sur 24. De la même manière, l’épicerie sociale de Dijon contribue à restaurer le lien social entre les jeunes et leur propose un temps d’échange avec les bénévoles afin d’appréhender leur solitude.

Etre jeune et agir : une conviction forte de la Croix-Rouge


Qui mieux que les jeunes pour construire une réponse à la précarité des jeunes ? Pour Agathe Landel, coordinatrice de la dynamique jeunesse de l’association, « il est impératif d’encourager l’engagement des jeunes, véritable vecteur d’inclusion sociale ». Cette ambition permet de renforcer la capacité d’initiative de cette population, de lutter contre l’isolement social et de briser les tabous autour de la précarité.

L’appel à initiatives Red Touch’ accueille déjà toutes les idées solidaires issues de la société civile. En 2020 les projets en lien avec la précarité des jeunes ont augmenté tout comme l’engagement bénévole des plus jeunes. Toutes les envies sont les bienvenues !

Synergie avec les autres acteurs de la jeunesse : une ambition de la Croix-Rouge


Dans le but de proposer des actions adaptées aux jeunes et appréhender au mieux leurs besoins spécifiques, l’association souhaite développer des projets en synergie avec d’autres acteurs de la jeunesse.

Pour parvenir à s’adresser à tous les jeunes et cibler au mieux leurs problématiques, la Croix-Rouge française en appelle à la mutualisation des expertises inter associatives sur le terrain : une coopération indispensable pour un public aux facettes multiples qui doit faire face à une crise sociale qui ne fait que trop durer.

La Croix Rouge française est une association labellisée


 © Nicolas Beaumont