Les initiatives des associations et fondations se multiplient en ce moment pour accompagner l’Etat dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Ces dernières doivent pouvoir compter sur la générosité du public pour mener à bien leurs missions de soutien aux soignants, de lutte contre l’exclusion, de protection des plus démunis ou encore de recherche médicale. De nombreux appels à générosité voient ainsi le jour et avec eux la nécessité de faire preuve de discernement pour s’assurer que les dons participent à la cause. Le Don en confiance vous délivre ici une liste de conseils à laquelle viendra s’ajouter quelques appels à dons dont l’association garantit le bien fondé.

Conseils aux donateurs


Conseil n° 1 – J’investigue | 5 bonnes questions pour choisir quelle association/fondation soutenir, simplement en consultant son site internet

1 – Est-ce que son champ d’action est cohérent avec le projet que je souhaite soutenir? Quel est son but? Son projet général et ses missions? Ai-je affaire à une organisation dont le but est de collecter ou de redistribuer à d’autres organisations?

2 – Qui la dirige? Qui sont les membres du Conseil d’administration? Description de sa structure? Présence effective en France et mode de gouvernance?

3 – Est-elle contrôlée par la Cour des comptes, l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) ou d’autres contrôles publics? Ses comptes sont-ils certifiés par des Commissaires aux comptes?

4 – A-t-elle souscrit des engagements déontologiques pour le respect du donateur? Est-elle labellisée « Don en Confiance »?

5 – Est-elle transparente? Son rapport annuel est-il facilement accessible? Donne-t-elle des informations sur l’utilisation des dons qu’elle reçoit?

Conseil n°2 | Si j’ai des questions, je contacte l’association/fondation

Pour contacter la structure choisir de préférence le mail ou les réseaux sociaux.

Conseil n°3 | Sur Internet, restez prudent(e)

En cas de dons sur Internet, notamment via des plateformes de crowfunding, il faut vérifier que les pages renvoient vers des organismes reconnus et que les données bancaires sont demandées sur des pages sécurisées (https).

Conseil n°4 | Avant de lancer une cagnotte, je m’informe

1 – Je contacte l’association/fondation pour m’assurer qu’elle pourra bien utiliser les fonds pour la cause que je souhaite soutenir, que l’outil de collecte est bien adapté et que mes connaissances en matière de modalités d’une collecte privée (notamment en termes de défiscalisation et de protection des données personnelles) sont suffisantes.

2 – Je prends connaissance des conditions tarifaires pratiquées par les plateformes (conditions générales d’utilisation)

3 – Lors du lancement de la collecte, j’informe les personnes que je sollicite de la cause que je souhaite soutenir et de l’association/fondation qui percevra les dons.

4 – Lorsque l’association fondation aura récupéré les fonds, j’informe les donateurs sur le montant collecté.

Pour en savoir plus, retrouver la rubrique « Comment donner en confiance »?

Coronavirus et générosité : appels à dons


Plusieurs solutions existent pour vous permettre d’agir dans cette situation exceptionnelle :

  • Restez chez vous pour assurer au système de santé de prendre en charge les malades et enrayer l’épidémie #RestezChezVous
  • Organisez-vous pour mettre en place un système de solidarité avec les personnes fragiles de votre entourage ou encore pour aider les familles des soignants qui luttent contre le Coronavirus. Il existe d’ailleurs des sites en ligne   👉 enpremièreligne.fr ou 👉 réservecivique.gouv
  • Vous êtes étudiant, professionnel ou retraité et vos compétences répondent aux besoins des établissements de santé : vous pouvez soutenir les équipes soignantes. Depuis chez vous, ou au sein d’un établissement, votre mobilisation peut être précieuse 👉 renfort-covid.fr
  • Contactez les associations qui ont besoin de bénévoles pour leur permettre de continuer leurs missions sociales
  • Soutenez et faites des dons aux associations et structures sociales qui luttent contre le coronavirus ou qui ont été impactées directement ou indirectement par cette crise sanitaire.

Plus que jamais les organisations ont besoin de vous. Grâce à votre générosité certaines pourront s’inscrire dans le combat pour vaincre la maladie en poussant la recherche médicale. D’autres, en première ligne depuis le début de la pandémie, comptent sur votre soutien pour les aider à assurer au quotidien la protection des plus démunis. Zoom sur une liste des appels à dons (non exhaustive) de ces associations/fondations labellisées « Don en Confiance ».

Recherche médicale – Santé

1 – L’Institut Pasteur
2 – La Fondation Foch
3 – La Fondation Recherche Médicale
4 – La Fondation Hôpitaux de Paris / Hôpitaux de France

Solidarité – Aides aux personnes en difficulté

1 – Le Secours Populaire (lire également notre interview de Thierry Robert, Directeur général du Secours Populaire)
2 – Emmaüs Solidarité
3 – Médecins du Monde
4 – Le Secours Catholique
5 – La Fondation Abbé Pierre et Emmaüs Solidarité (appel aux dons commun)
6 – La Croix Rouge
7 – La Mie de Pain
8 – Les Petits Frères des Pauvres

Solidarité internationale

1 – CARE
2 – Oxfam
3 – Association Sœur Emmanuelle Agir pour l’Enfance (ASMAE)
4 – UNICEF
5 – Ordre de Malte
6 – Plan international France

En savoir plus, rendez-vous également sur le site Internet de France Générosités

Guitariste américain de metal, Jason Becker apprend à 21 ans qu’il est atteint de Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) connue également sous le nom de maladie de Charcot. Terrible pathologie neurodégénérative, la SLA affecte les cellules nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière entraînant au fur et à mesure la disparition de l’action musculaire volontaire. Âgé aujourd’hui de 51 ans, l’artiste n’a jamais lâché le combat et continue à entretenir son image et sa notoriété dans le milieu musical.

Révélé essentiellement aux états-unis et au japon sur le plan commercial et artistique, il embrasse au début des années 90 un début de carrière impressionnant. A 19 ans, il réalise Perpetual burn un album de guitare électrique d’inspiration néo-classique qui deviendra vite référence et challenge de virtuosité pour les amateurs du genre.

Alors que sa carrière prend un tournant majeur – David Lee Roth (ex chanteur de Van Halen) lui propose à l’époque de le rejoindre dans son groupe – les médecins lui diagnostiquent une Sclérose Latérale Amyotrophique. Nouvelle effroyable pour un artiste qui peu de temps après enregistre un album mais perd progressivement l’usage de ses membres et ne peut plus assumer de concerts. Puis le verdict tombe, Jason n’a plus que trois à cinq ans à vivre!

Enfermé dans son propre corps, il perd petit à petit sa capacité à jouer, se mouvoir, parler, respirer. Pourtant, son esprit demeure intact ainsi que son désir de composer et exprimer sa créativité. Après une trachéotomie et grâce à un système développé par son père à l’aide d’un programme permettant de suivre les mouvements de ses yeux, il parvient à écrire de nouveaux morceaux.
En 1996, Jason sort l’album Perspective, fruit d’un immense travail dont les compositions sont jouées par des musiciens de premier plan dans le milieu de la guitare.

Trente ans après cette funeste révélation, Jason Becker est toujours bel et bien « on the stage ». Son implication sur le web, notamment sa présence sur des médias tels que YouTube, lui permettent de collecter des dons et de faire connaître tant sa musique que sa maladie. Régulièrement cité et repris par la jeune génération soucieuse de perpétuer son travail et le modèle qu’il incarne, son courage et son talent font de lui un individu hors norme largement reconnu par ses pairs.

Le dernier album de Jason Becker dont voici un extrait est sorti en 2018.

En savoir plus sur la SLA

Lire l’interview de Christine Tabuenca, directrice générale de l’ARSLA

Maraude à Nice

Ils s’appellent Christian, Léa ou Jay. Hiver comme été, ils sillonnent les rues des grandes villes pour aller à la rencontre des sans-abri au cours de maraudes. Ces bénévoles de nuit ont choisi la lumière. Celle qui consiste à apporter chaleur, réconfort et aides aux plus démunis.

Une soupe ou un sandwich par-ci, des produits d’hygiène et un vêtement chaud par-là, autant d’aides matérielles, sanitaires et alimentaires nécessaires à la survie de ceux qui n’ont que la rue comme refuge. Nouer des relations de confiance et puis rire aussi, les bénévoles profitent de ces moments de partage pour tisser du lien social et rompre l’isolement de personnes très fragilisées. Empathie et générosité, humanité et solidarité autant de qualités requises pour réaliser une maraude, pour faire en sorte que les sans-abri restent « des membres à part entière » d’une société qui semble parfois leur tourner le dos.

La maraude, c’est clairement une grande richesse sur le plan humain mais aussi sur le plan culturel. On y rencontre des gens qui viennent de très loin, de partout. Notre rôle est de créer du lien social.

Une nuit avec la maraude de Nice

Témoignage d’un sans-abri à Lille

Une maraude à Toulouse

En savoir plus…

Une maraude consiste à aller à la rencontre des personnes à la rue pour leur apporter soutien et réconfort et les orienter vers un lieu d’hébergement ou vers des soins médicaux (prise en charge sanitaire, sociale, locative). Au-delà du Secours Populaire, plusieurs associations effectuent des maraudes. Pour avoir quelques conseils en la matière, vous pouvez consulter le lien « Les associations de Maraudes pour les nuls ».

Sur le Secours Populaire :

En 2018, 41 620 personnes ont été accompagnées par le Secours Populaire sur l’aide au maintien et à l’accès au logement.