Alors que la pandémie de COVID-19 a bouleversé nos modes de vie, la Fondation de France vient de publier son baromètre annuel de la philanthropie révélant une belle résistance des fondations et fonds de dotation dans ce contexte délétère. Face à la crise, le secteur a fait preuve d’une forte réactivité et capacité d’adaptation pour maintenir et renforcer son engagement mettant en œuvre rapidement des actions ciblées vers les populations les plus touchées. Parallèlement la mobilisation des français a été remarquable pour répondre aux urgences sanitaires. Selon le baromètre de la générosité 2020 de France générosités, une augmentation exceptionnelle des dons de +13,7% a été observée en 2020, progression historique rattrapant la baisse de la collecte de 2018. Zoom sur le baromètre de la philanthropie 2021.

Un dynamisme confirmé en 2020 pour le secteur de la philanthropie

En 2020, le secteur des fondations a poursuivi sa progression à un rythme soutenu (+ 5 % en un an) : le nombre d’entités en activité a progressé de 239, dont 85 fondations et 154 fonds de dotation. Au total, on compte 2 700 fondations et près de 1 950 fonds de dotation en activité.

Un engagement fort des fondations et fonds de dotation durant la crise sanitaire

En 2020, un quart des fondations et fonds de dotation a développé son activité, notamment les structures gestionnaires d’hôpitaux et de maisons de retraite. Si la majorité d’entre eux a connu une hausse des dépenses en raison de l’augmentation des montants engagés pour mener leurs actions d’intérêt général, 85 % ont maintenu les subventions qu’ils avaient prévu de verser à leurs bénéficiaires. Un signe fort du soutien qu’ils ont tenu à apporter aux associations durant cette période.

Des fondations et fonds de dotation agiles face aux nouveaux enjeux

Durant la crise sanitaire, le secteur a montré une forte capacité d’adaptation.

Les fondations ont su innover en développant de nouvelles actions, notamment en direction des enfants et des jeunes. Viennent ensuite les personnes en difficulté économique, les personnes âgées, les familles et les personnes malades ou en situation de handicap. L’action sociale reste le domaine d’intervention prioritaire. La quasi-totalité de celles qui ont mis en place de nouvelles actions ou de nouveaux partenariats vont les poursuivre au-delà de la crise.

« Malgré la crise, la progression du nombre et de l’activité des fondations et des fonds de dotation témoigne de la mobilisation exceptionnelle et indéfectible du secteur de la philanthropie pour répondre aux urgences sanitaires et sociales auxquelles nous sommes confrontés. Dans un contexte bouleversé, l’engagement philanthropique a démontré toute sa pertinence, mais aussi sa capacité d’innovation et d’adaptation aux besoins prioritaires. Après la réponse à l’urgence, les fonds et fondations travaillent d’ores et déjà à la réorientation de leur stratégie pour s’adapter aux défis du monde post-Covid».

Axelle Davezac, Directrice générale de la Fondation de France

En savoir plus

Consulter le :
> Baromètre annuel de la philanthropie 2021
> Baromètre de la générosité 2020

Emmaüs solidarité

Premiers maillons du réseau de resocialisation, les Centres d’Accueil de Jour ont pour missions d’écouter, réconforter, orienter et proposer des services à des personnes en situation de fragilité ou détresse. En clair d’aider à se réapproprier le « sens » et la citoyenneté. A l’AGORA géré par Emmaüs Solidarité, un espace dédié aux femmes Sans Domicile Fixe a vu le jour en 2019. Situé au cœur de la capitale dans le premier arrondissement de Paris, une équipe de bénévoles accueille chaque jour une quarantaine de femmes à la rue afin de leur permettre de retrouver estime de soi et dignité.

Zoom sur l’espace Femmes de l’AGORA

Opération de décompte recensant les sans-abri à Paris, la Nuit de la Solidarité dénombrait 3552 personnes sans domicile dans les rues de la capitale en 2020 et parmi elles 12% de femmes en errance pour des raisons multiples telles violences conjugales, ruptures familiales, perte d’emploi, endettement ou situations d’exil auxquelles s’ajoutent désormais les conséquences économiques de la crise sanitaire.

Afin d’apporter stabiliser et sécurité à ce public vulnérable, Emmaüs Solidarité leur offre aujourd’hui dans un espace consacré de l’AGORA des ateliers de réflexologie, yoga, théâtre, capoeira, sorties culturelles, réalisation de CV et bien d’autres choses encore. Tout est fait pour que ces femmes venues de tous horizons puissent se ressourcer en toute sérénité.

Parmi toutes ces activités, ce sont les ateliers bien-être qui connaissent un franc succès, notamment celui de soins proposé par une socio-esthéticienne. Ces temps dédiés à la détente et à l’esthétique sont essentiels pour l’estime de soi et la resocialisation. C’est grâce à cette initiative qu’elles font connaissance, trouvent des repères, reprennent confiance en elle et s’ouvrent à l’accompagnement.

Avec la crise sanitaire, le nombre de femmes à la rue qui sollicitent l’aide de l’Agora est en augmentation. Sur une même période trimestrielle, les demandes ont évolué de 35% entre 2019 et 2020. Une situation qui s’explique notamment par la fermeture de plusieurs structures dédiées à leur accueil à Paris lors du premier confinement, mais également par l’augmentation générale de la précarité.

A propos d’Emmaüs Solidarité

Créée en 1954 par l’abbé Pierre dans la continuité de son appel du 1er février, Emmaüs Solidarité lutte sans condition contre la misère et l’exclusion des personnes et familles à la rue. Chaque jour, Emmaüs Solidarité accompagne 5 000 personnes vers le chemin de l’insertion au travers d’une centaine de dispositifs en Île-deFrance et dans le Loir-et-Cher. En 2019, les femmes représentaient 32% des personnes accompagnées.

En savoir plus :
> Consulter le site d’Emmaüs Solidarité

Les structures d’Emmaüs Solidarité

Parmi les 48 structures de l’association accueillant un public féminin, on peut noter pour les plus récentes : le Centre d’Hébergement d’Urgence de la rue d’Aboukir (Paris Centre), à destination des femmes seules sortant de maternité, enceintes ou avec enfant(s), ouvert en mars 2020 ainsi qu’une Halte de nuit, aménagée dans des locaux de la Mairie du 18ème arrondissement en décembre 2020.

En savoir plus :
> Consulter les structures d’Emmaüs Solidarité

Emmaüs Solidarité est une association labellisée par le Don en Confiance

Les conséquences de la Covid-19 touchent particulièrement les jeunes de 18 à 25 ans, qui sont près de 20 % à vivre en dessous du seuil de pauvreté. Pour faire face à ces difficultés multiformes qui se sont intensifiées depuis la crise sanitaire, la Croix-Rouge française s’engage aux côtés des jeunes en situation de précarité.

Favoriser l’accompagnement global des jeunes : une priorité pour la Croix-Rouge



Des biens de première nécessité…

Pour soutenir les jeunes en situation de précarité (étudiants, au chômage, apprentis), plus d’une trentaine d’initiatives Croix-Rouge ont vu le jour sur l’ensemble du territoire national. Sous la forme de distribution de paniers alimentaires et/ou encore de produits d’hygiène, les bénévoles viennent en aide à la détresse matérielle de la jeunesse.

● A Paris, l’épicerie sociale “L’étape” du XV arrondissement offre une aide alimentaire aux jeunes pendant des horaires réservées à ce public et propose un accompagnement pour la recherche de stage et de jobs étudiants.

● A Tours, le projet « P’tit kdi » qui s’adresse aux étudiants précaires de l’Indre-et-Loire est un service itinérant d’épicerie solidaire. Une camionnette dessert les principaux sites de l’Université François Rabelais et fournit des produits alimentaires et d’hygiène à 10% du prix du marché.

● En Mayenne, un “Marché solidaire à Laval” a vu le jour depuis plus de deux mois. Ce centre de distribution alimentaire implanté en face de l’IUT distribue des biens alimentaires pour les étudiants, en partenariat avec la Banque Alimentaire.

« Pour les étudiants qui n’ont pas de bourses, la famille derrière ou qui n’ont pas trouvé de travail, c’est une chance incroyable de pouvoir manger » rappelle Aésa, étudiante qui se rend régulièrement au marché solidaire étudiant de Laval (Mayenne).

… à la lutte contre l’isolement social

Consciente que le manque de liens sociaux participe à une détérioration de la santé mentale des jeunes, la Croix-Rouge a déployé un panel d’actions pour rompre l’isolement des jeunes et recréer du lien.

Aux côtés du Crous et du CHU, les bénévoles de la Croix-Rouge de Montpellier ont mis en place l’aide «DIRECT » (Dispositif d’Intervention Rapide Étudiants Crous en situation de Tension psychique) afin d’aider les étudiants en situation de mal-être, ce 24h sur 24. De la même manière, l’épicerie sociale de Dijon contribue à restaurer le lien social entre les jeunes et leur propose un temps d’échange avec les bénévoles afin d’appréhender leur solitude.

Etre jeune et agir : une conviction forte de la Croix-Rouge


Qui mieux que les jeunes pour construire une réponse à la précarité des jeunes ? Pour Agathe Landel, coordinatrice de la dynamique jeunesse de l’association, « il est impératif d’encourager l’engagement des jeunes, véritable vecteur d’inclusion sociale ». Cette ambition permet de renforcer la capacité d’initiative de cette population, de lutter contre l’isolement social et de briser les tabous autour de la précarité.

L’appel à initiatives Red Touch’ accueille déjà toutes les idées solidaires issues de la société civile. En 2020 les projets en lien avec la précarité des jeunes ont augmenté tout comme l’engagement bénévole des plus jeunes. Toutes les envies sont les bienvenues !

Synergie avec les autres acteurs de la jeunesse : une ambition de la Croix-Rouge


Dans le but de proposer des actions adaptées aux jeunes et appréhender au mieux leurs besoins spécifiques, l’association souhaite développer des projets en synergie avec d’autres acteurs de la jeunesse.

Pour parvenir à s’adresser à tous les jeunes et cibler au mieux leurs problématiques, la Croix-Rouge française en appelle à la mutualisation des expertises inter associatives sur le terrain : une coopération indispensable pour un public aux facettes multiples qui doit faire face à une crise sociale qui ne fait que trop durer.

La Croix Rouge française est une association labellisée


 © Nicolas Beaumont